Chargement en cours
Ma sélection

Lot 35 - BUSTE DE MARIE-ADÉLAÏDE DE SAVOIE (1685-1712), - DUCHESSE DE BOURGOGNE, PUIS [...]

Estimation : 50 000 € / 70 000 €

résultat non communiqué

BUSTE DE MARIE-ADÉLAÏDE DE SAVOIE (1685-1712),
DUCHESSE DE BOURGOGNE, PUIS DAUPHINE DE FRANCE
France, début du XVIIIe siècle
Marbre blanc
H. 96 cm, L. 60 cm, P. 36 cm
Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), Princesse de Savoie, Duchesse de Bourgogne puis Dauphine de France est représentée en buste selon les codes esthétiques de la fin du XVIIe siècle, coiffée d’une haute perruque bouclée parée de perles et revêtue d’une robe aux manches bouffantes ceinte d’un épais galon à volants, recouverte d’un châle tombant sur les épaules. Le buste repose sur un piédouche à doucine orné d’un cartouche. Cette œuvre atteste de la virtuosité technique de l’artiste visible dans le souci du détail, notamment au niveau du rendu des broderies de la robe, de la finesse de la soierie des volants ou de la préciosité des bijoux. Le visage, aux traits fins et réguliers, exprime le caractère affirmé de la Duchesse et son port altier, sa haute position sociale. Épouse de Louis de France (1682-1712), Duc de Bourgogne et Dauphin de France à la mort de son père en avril 1711, Marie-Adélaïde eut un rôle de trait d’union entre les différents membres de la famille royale. Louis XIV appréciait ses prises de position, son rôle auprès de
son époux qui lui vouait un amour infini et son respect envers tous les membres familiaux. Mère de trois enfants, dont Louis de France (1710-1774), Duc d’Anjou, futur Louis XV, elle meurt de la rougeole épidémique en 1712. Son mari et son fils aîné la suivront quelques jours plus tard. Sa mort prématurée fut l’un des grands chagrins de Louis XIV et laissa à la Cour le souvenir d’une jeune femme dynamique,
respectueuse, aimant les plaisirs de la vie et soucieuse des autres. Les
représentations sculptées de Marie-Adélaïde de Savoie répertoriées aujourd’hui sont très rares. Antoine Coysevox (1640-1720), Sculpteur du Roi, réalisa son portrait en buste en marbre blanc en 1710 qui fut placé alors dans la chambre à coucher de Louis XIV. La même année, il exécuta une figure en pied de Marie-Adélaïde de Savoie sous les traits de Diane Chasseresse, commandé par Louis Antoine de
Pardaillan de Gondrin (1665-1736), Surintendant des Bâtiments du Roi, pour son château de Petit-Bourg dans l’Essonne. Notre buste fait donc partie de ces exceptionnelles illustrations de la Dauphine de France, dont la brièveté de la vie a réduit le nombre possible de portraits, et est sans conteste un chef-d’oeuvre de sculpture tant dans la qualité du rendu des détails que dans l’expressivité des
traits.

Demander plus d'information

Thème : Sculptures Ajouter ce thème à mes alertes