Chargement en cours
Ma sélection

Lot 10 - CROIX DE PROCESSION DOUBLE FACE - Limoges

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

CROIX DE PROCESSION DOUBLE FACE
Limoges, seconde moitié du XIIIe siècle
Matériaux Cuivre doré sur âme en bois
H. 32,5 cm, L. 26 cm

Cette croix processionnelle double face en cuivre doré travaillée au repoussé témoigne du grand savoir-faire des artistes limousins qui développèrent ce type de production aux qualités comparables à celle en émaux champlevés.
A l'avers, le centre est occupé par une figure d'applique du Christ en Croix, nimbé, ponctué aux extrémités d'une étoile renvoyant au monde céleste et divin.

La position du corps, le travail des modelés et des drapés sont caractéristiques des ateliers limousins de la seconde du XIIIe siècle.

La terminaison des branches trilobées est occupée chacune par quatre personnages exécutés au repoussé avec la même dextérité que le Christ.
A gauche prend place la Vierge Marie en prière. Saint Jean lui fait face, le visage posé sur sa main en signe d'affliction.

La branche verticale est ornée de deux anges dont l'un tient un encensoir.
Chacun d'entre eux est ceint de plusieurs petits clous ; l'artiste sut transformer ces éléments techniques nécessaires au maintien des plaques de cuivre en motifs esthétiques, souhaitant ainsi insister sur leur caractère divin et leur rôle au moment de la Crucifixion. Au revers, le Christ se tient debout, le visage entouré d'un nimbe crucifère.

Il esquisse un geste de bénédiction et tient le Livre.

Il est entouré des Quatre Evangélistes tétramorphes : l'Aigle de Saint Jean, le Taureau de Saint Luc, l'Ange de Saint Matthieu et le Lion de Saint Marc.

L'âme en bois a été dissimulée sur la tranche par un décor d'entrelacs et de fleurettes.

La qualité de réalisation de cette Croix et des productions de Limoges en général a permis à cette région du Limousin de connaître un succès considérable dans toute l'Europe et même jusqu'en Russie.

La réputation de cette production, émaillée ou non, tenait à la virtuosité des artistes mais également à la pureté du cuivre que l'on n'hésitait pas à raffiner ou à importer pour permettre un travail exemplaire.

Notre oeuvre, par sa forme générale et l'emploi du cuivre pur, est comparable au reliquaire quadrilobé réalisé à Limoges dans le dernier tiers du XIIIe siècle et conservé au Musée du Louvre (fig. 1).

On y observe notamment ce recours aux motifs lobés et aux rivets destinés à mettre simplement mais efficacement la scène représentée en valeur.

On retrouve également l'iconographie du revers de notre Croix sur celui d'un reliquaire de la Vraie Croix provenant du Trésor de Grandmont en dépôt à l'église de Chateauponsac (Haute-Vienne) (fig. 2). Sur la plaque de cuivre uni, le Christ bénissant est entouré des Evangélistes tétramorphes enserrés dans un quadrilobe et ponctué de petits rivets.

Cette Croix de procession atteste de la prédominance de ces objets en cuivre uniquement recouvert de dorure qui demeurent pourtant indissociables de ceux ornés d'émaux colorés. Souvent négligée ou occultée par la critique, cette production en cuivre reste un précieux témoignage du travail d'orfèvre des artistes limousins du XIIIe siècle et constitue toujours une redécouverte pour les amateurs.

Références bibliographiques Véronique Notin, Cuivres d'orfèvres - Catalogue des oeuvres médiévales en cuivre non émaillées des collections publiques du Limousin, catalogue d'exposition, Limoges, Musée de l'Evêché, 1996 Collectif, L'OEuvre de Limoges - Emaux limousins du Moyen-âge, catalogue d'exposition, Paris, Musée du Louvre, du 23 octobre 1995 au 22 janvier 1996, éd. RMN, Paris, 1995

Demander plus d'information

Thème : Art religieux Ajouter ce thème à mes alertes