Chargement en cours
Ma sélection

Lot 42 - Diptyque : LE BAPTêME DU CHRIST et SALOMé

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Diptyque : LE BAPTêME DU CHRIST et SALOMé APPORTA NT LA TêTE DE SAINT JEAN-BAPTISTE à HéRODIADE
Espagne, XVIe siècle
Matériaux Huile sur panneau parqueté
H. 19,2 cm, L. 15,3 cm chaque volet
Ce très beau diptyque de forme cintrée ouvre à deux volets révélant sur la gauche une scène représentant le Baptême du Christ et à droite l'Offrande de la Tête de Saint Jean-Baptiste à Hérodiade.

Le style de cette oeuvre est caractéristique e la grande école hispano-flamande du début du XVIe siècle. Sur le volet gauche, Saint Jean-Baptiste, vêtu de son habit en poils de chameau, procède au baptême du Christ en lui versant l'eau du Jourdain sur le sommet du crâne à l'aide d'une coquille.
Une colombe, symbole du Saint Esprit témoigne de ce baptême divin sous les yeux de Dieu le Père placé au coeur des nuées.

Cette scène se déroule dans un superbe paysage boisé qui s'étend à l'arrière-plan dans une perspective atmosphérique traitée en camaïeu bleu.

Le volet droit montre Salomé tenant un grand plat où repose la tête de Saint Jean-Baptiste.

Elle offre cette tête à sa mère Hérodiade, agenouillée sous un dais tendu d'étoffes et de brocards d'un grand luxe. Sur la droite, dans l'embrasure de la porte, trois personnages inquiétants observent la scène.

Ces deux épisodes bibliques ayant pour axe central la figure de Jean le Baptiste ont été traités selon l'influence de la peinture flamande avec ce souci du détail et l'importance accordée au paysage. Fortement impressionnés par l'art de ces artistes venus d'Europe du Nord, notamment grâce à la proximité des Cours de Castille et de Bourgogne, les peintres espagnols ont su assimiler les apports de la peinture nordique en les réinterprétant pour créer un style tout à fait original propre à leur pays.

Ils reprirent ainsi à leur compte le traitement du paysage en ayant recours à la perspective atmosphérique pour donner une nouvelle profondeur à leurs oeuvres.

Le volet de droite exprime également parfaitement cette influence nordique comme la richesse des brocards, des bijoux d'Hérodiade ou ces curieux personnages assistant à la scène que l'on retrouve dans les oeuvres du Nord. Cependant, ce diptyque a su garder un style original, propre à l'Espagne du XVIe siècle.

On peut comparer le genre de notre oeuvre avec celui de Pedro Berruguete (1450-1504), un des grands représentants de cette école qui, en 1503, réalisa une Arrestation du Christ, conservée à la Cathédrale d'Avila (fig. 1).
A l'instar de ce diptyque, Jésus apparaît le visage émacié, coiffé d'une chevelure fine et arborant une barbe à double pointe.

Le traitement de son seul pied visible, terminé par de longs doigts, est tout à fait analogue à celui de Saint Jean-Baptiste.

Le Christ évolue lui aussi dans un décor largement ouvert sur un paysage où le feuillage et la forme des arbres indiquent toute l'influence flamande.
Ce diptyque est un précieux témoignage de l'histoire des influences entre deux écoles, espagnole et flamande, la première ayant su intégrer les apports de la seconde, pour donner naissance à des réalisations de grande qualité dans un répertoire stylistique tout à fait original.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes