Chargement en cours
Ma sélection

Lot 37 - LA TêTE DE SAINT JEAN-BAPTISTE DANS UN PLAT

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

LA TêTE DE SAINT JEAN-BAPTISTE DANS UN PLAT
Attribué à Hans HOFFMANN (Nuremberg ? vers 1530 - Prague, 1591 ?)
Matériau Huile sur panneau
Trace de numéro d'inventaire en bas à gauche
Trace de monogramme en bas à droite AD (liés)
Numéro d'inventaire 157 en bas à droite
Au verso inscription non déchiffrée
H. 34,5 cm, L. 48,2 cm
Restaurations

Provenance Probablement vente anonyme, Londres, 1923, N° 96 (Hans Hoffmann, présenté en pendant du panneau A man holding a pair of bord spectacles ) L'attribution a été proposée par Thomas da Costa Kaufmann Ce tableau sur panneau représente la tête de Saint Jean- Baptiste sur un plat rond posé sur un entablement en pierre portant des ébréchures.
Des insectes, comme des araignées, scarabées, mouches, papillon, lézard ou chenilles évoluent sur l'entablement, le mur ainsi que sur le plat.

La perspective est fermée par la présence d'une paroi lézardé garni de branchages et de feuillages et dont une partie s'est écroulée laissant apparaître le ciel.

La représentation de Saint Jean-Baptiste, annonciateur de la venue du Messie, fut très répandue au cours du Moyen-âge et au début de la Renaissance.

L'épisode relaté ici fait référence à la mise à mort du Saint par Hérode faite à la demande de Salomé (Marc, 6 - 17-29).
Sur la base d'une photographie, le professeur Thomas Da Costa Kaufmann indique en 2008 que cette peinture peut être attribuée à Hans Hoffmann, peintre à la Cour de l'Empereur Rodolphe II à Prague. Hans Hoffmann serait né à Nuremberg vers 1530 où il est mentionné dans les archives de la ville en 1557. Principal représentant de la « Renaissance de Dürer », il s'était spécialisé dans les copies ou imitations d'Albrecht Dürer de grande qualité à l'intention de collectionneurs privés de la ville. D'aucuns diront « qu'il a copié Dürer si assidûment que beaucoup de ses œuvres ont été vendues comme des originaux de Dürer ».

Il eut pour habitude de réaliser à partir d'un seul dessin plusieurs versions différentes dont il signait un exemplaire de sa signature, et un autre du monogramme de Dürer. Ses études aquarellées de la nature lui valurent une grande considération de la part de ses contemporains.
En 1584, il est appelé par le Duc Guillaume V à la Cour de Bavière à Munich.

Le 7 juillet 1585, il est nommé Hofmaler impérial et part s'établir à Prague ou il décède en 1592.
A coté de son activité de peintre, Hoffman fut Conseiller de l'Empereur dans ses acquisitions d'oeuvres de Dürer.

Notre panneau présente des similitudes avec d'autres œuvres de Hofmann connues. Ainsi le Lièvre, conservé au J. Paul Getty Museum de Los Angeles (fig. 1) réalisé pour Rodolphe II présente une végétation très proche des petits branchages visibles en arrière plan. De même le Musée des Beaux Arts de Budapest conserve des études d'insectes aux caractéristiques stylistiques très proches de notre oeuvre.

La Narodni Galerie de Prague détient un Ecce homo aux traits comparables à notre Saint Jean- Baptiste, au nez épaté et aux cernes sous les yeux identiques. Malgré la difficulté de traiter un tel sujet, Hans Hoffmann a réussi ce tour de force d'en faire une nature morte de grande qualité grâce à la finesse du détail, notamment au niveau des insectes et la subtilité du jeu de lumières sur les cheveux.

Le numéro d'inventaire porté au dos du panneau n'a pu être identifié. Nous ne pouvons pas non plus déterminer si le tableau passé en vente à Londres en 1923 sous le titre, Hans Hoffmann, head of st John the Baptist on a charger, lot 96 présenté en pendant d'un autre panneau A man, holding a pair of bord spectacles, est celui que nous présentons.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes