Chargement en cours
Ma sélection

Lot 12 - LUTRIN « AUX ANGES » - Italie

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

LUTRIN « AUX ANGES »
Italie, fin XIIe-début XIIIe siècles
Matériau Marbre
H. 55 cm, L. 39,5 cm, P. 21,5 cm
Provenance Ancienne collection des Princes de Liechtenstein
Ce superbe lutrin en marbre sculpté de deux anges adopte toutes les caractéristiques stylistiques de la grande sculpture médiévale italienne du XIIIe siècle.
En façade, les deux messagers de Dieu sont assis côte à côte, le visage légèrement relevé vers le ciel.
Leurs ailes au plumage parfaitement dessiné sont accolées.

Ils tiennent dans leurs mains un écu posé sur leurs genoux.

Il convient de souligner la souplesse des drapés serrés de leurs vêtements qui laissent entrevoir leurs pieds nus.

Les visages ronds coiffés d'une longue chevelure montrent un sentiment de profond recueillement et de concentration.

Ces faciès idéalisés expriment en réalité toute l'attention qu'ils portent à l'écoute de la parole divine et incitent l'auditoire qui leur faisait face à en faire de même.

Le sculpteur a en effet plongé les deux anges dans une profonde réflexion qui corrobore parfaitement avec l'usage d'un lutrin.
Cet objet permettait d'accueillir les livres saints, de les maintenir légèrement inclinés afin de faciliter leurs lectures par un ecclésiastique. Compte tenu de l'iconographie, du matériau employé et du travail de sculpture, il devait à l'origine appartenir à un très bel édifice religieux, tels une chapelle privée, un monastère ou une église.

Le style de ces anges, fortement marqué par l'art byzantin, est comparable à une sculpture représentant la Vierge Marie, datée du XIIIe siècle et conservée au Staatliche Museen de Berlin ( g. 1). Réalisée également en marbre, elle est assise sur un banc. Comme dans la grande tradition byzantine, l'auteur de cette sculpture, comme celui du lutrin, ne s'est pas soucié des proportions car tous ces personnages ont un corps de petite taille par rapport à leur tête.

Le visage idéalisé de Marie est marqué par deux grands yeux parfaitement circulaires dotés de deux trous profonds comme les anges du lutrin. En n, son vêtement est, lui aussi, rythmé par de nombreux plis serrés dits « mouillés ».
Ce lutrin est un parfait exemple de la statuaire italienne du XIIIe siècle qui aurait pu être réalisé à Rome comme l'indique le lieu de découverte de la statue de Berlin

Demander plus d'information

Thème : Mobilier Ajouter ce thème à mes alertes