Chargement en cours
Ma sélection

Lot 28 - VIERGE à L'ENFANT ENTOURES DE SAINT PIERRE…

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

VIERGE à L'ENFANT ENTOURES DE SAINT
PIERRE ET SAINT ANTOINE provenant
du château de serrant
Atelier de Giovanni BELLINI
(Venise, entre 1525 et 1533 - Venise, 1516)
Italie, début du XVIe siècle
Matériau Panneau transposé sur toile
H. 67,5 cm, L. 96,5 cm
Restaurations
Classé monument historique
Arrêté de classement en date du 29 mars 2001
Provenance Collection Prince de Ligne-La Trémoïlle, Château de Serrant, La Vierge apparaît au centre de la composition, la tête légèrement penchée, vêtue d'une robe rouge recouverte d'un voile blanc qui enveloppe sa tête et retombe sur ses épaules.

Elle présente son Fils en le tenant debout, une main lui servant de support, l'autre protectrice apposée sur le ventre de son enfant.

Le statut particulier de Jésus, Fils de Dieu, nous est retranscrit par le fait qu'il se tient debout, sans aide et qu'il fait le geste de bénédiction en regardant le spectateur comme un adulte.
Deux saints entourent la Sainte Famille, Saint Pierre tenant la clé et Saint Antoine tenant une canne à la main, sous les traits de deux vieillards revêtus de lourds drapés.

Considéré comme le précurseur de l'école vénitienne, Giovanni Bellini fit son apprentissage dans l'atelier paternel de Jacopo Bellini (vers 1400-1470) et fut en contact avec son beau-frère Andrea Mantegna (1430-1506).

Il sut donner une simplicité et une grâce à ses Vierge à l'Enfant, sans précédent à Venise.

Il ne s'agit plus d'une Maestà, où la Vierge apparaît triomphante couronnée et richement parée, trônant entre des saints.

L'iconographie de la Vierge se fait ici Classé Monument Historique plus intime, plus humaine.

Elle contemple avec tendresse et mélancolie son Enfant potelé qui ne lui sourit pas et semble consentir au Sacrifice auquel il est dès à présent destiné.


La paix et la douceur y sont retranscrit par le biais de la lumière qui caresse les figures et dépose sur le dais tendu derrière la Vierge une ombre qui renforce sa présence physique.


La composition générale n'est pas sans rappeler d'autres Vierge et l'Enfant de Giovanni Bellini qui fut un thème récurrent tout au long de sa carrière.

La présence d'un dais fermant la perspective et concentrant toute la tension sur le groupe principal se retrouve notamment dans l'œuvre conservée à la Pinacothèque de Bréra à Milan (fig. 1) ou celle de la National Gallery de Londres.
Ce type de composition fut d'ailleurs repris par la suite par ses élèves, et notamment Giovanni Battista Cima da Colegliano (1459-1517). Sans être révolutionnaire, le retentissement de l'oeuvre de Bellini est capital.

Il enseigna l'épanouissement de la forme, les ressources de la couleur, le goût de la nature et l'expression du sentiment.

Dans la première moitié du XVIe siècle, beaucoup de peintres subiront profondément l'attrait de sa manière.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes