Chargement en cours
Ma sélection

Lot 3 - COUPE À - CONTOUR POLYLOBÉ - Italie, Milan, vers 1550-1570 - H. 7,3 cm, L. 12,2 [...]

Estimation : 70 000 € / 100 000 €

Adjugé 118 000 €


Résultats sans frais

COUPE À
CONTOUR POLYLOBÉ
Italie, Milan, vers 1550-1570
H. 7,3 cm, L. 12,2 cm, P. 9,7 cm
LOTS 2 & 3
DEUX RARES COUPES EN CRISTAL DE ROCHE PROVENANT DES COLLECTIONS
DU BARON GUSTAVE SAMUEL JAMES DE ROTHSCHILD
Italie, Milan, vers 1550-1570
Cristal de roche et or émaillé
Provenance
Collection du Baron Gustave Samuel James de Rothschild (Paris, 1829-1911) à l’Hôtel de Marigny à Paris
Puis collection de sa fille Zoé Lucie de Rothschild (1863-1916), Baronne Lambert
Puis collection, de sa petite-fille, Jonkvrouw Claude Lambert (1884-1972), mariée en 1904 à Jean Stern (1875-1962)
Puis Collection, Paris
Les deux coupes présentées en cristal de roche ont été réalisées à Milan au XVIe siècle, important centre de production d’objets en pierres dures, supplantant les ateliers des cristalliers vénitiens déclinant depuis la fin du XVe siècle.
La première coupe (lot 2) de forme oblongue, est ornée sur sa panse de chimères, fleurons d’acanthe et de fruits. De petits ressauts ovales, taillés dans la masse forment des amorces d’anses. Au revers de son court piédouche est gravé un homard, motif rare au XVIe siècle.
La seconde coupe (lot 3) à contours polylobés, est gravée de fleurons à enroulements d’acanthe rythmés de chimères ailées. Elle repose sur un piédouche rapporté, également en cristal de roche, de forme balustre à base ovale joint à la panse par une bague en or émaillé blanc et noir.
Au milieu du XVIe siècle apparaît à Milan le décor gravé sur les objets en cristal de roche, notamment des vases exécutés au tour, prenant une forme circulaire ou oblongue, reposant sur un piédouche conçu dans la masse ou rapporté. L’ornementation était alors composée de rinceaux, chapelets de graines ou cosses de pois. Les scènes figurées ne se développèrent que dans la seconde moitié du XVIe siècle, agrémentées de montures en or émaillé et de pierres précieuses.
Milan accueillit des ateliers renommés de graveurs de cristal de roche, dont le plus
important fut celui des Miseroni. Gasparo (vers 1518-vers 1573) et son frère, Girolamo (vers 1522-1600), oeuvrèrent comme lapidaires et orfèvres. Gasparo fut fournisseur de la Cour de Toscane et de celle de l’Empereur Maximilien II.
Girolamo eut neuf fils dont Giulio (vers 1559-1594) qui partit développer son art à la
Cour d’Espagne et Ottavio (vers 1569-1624) appelé par Rodolphe II à Prague. Souverains et grands collectionneurs ont de tous temps été fascinés par les objets précieux montés de gemmes et de matériaux rares. François Ier, Henri IV et surtout Louis XIV réunirent d’importantes collections d’objets en pierres dures ou « bijoux », selon le terme employé alors.
L’inventaire des collections de la Couronne de France recensait en 1723 pas moins de 532 objets en cristal de roche. Ces derniers furent principalement acquis à Milan entre 1685 et 1687 par des émissaires au budget illimité, comme les sieurs de Murat, de la Touanne ou de Turmeynes, chargés des transactions par Louis XIV. Le Grand Dauphin, fils de Louis XIV fut également un grand amateur de ces objets précieux et à sa mort en 1711, une grande partie de sa collection échut à son deuxième fils, le Duc d’Anjou, devenu Philippe V d’Espagne et aujourd’hui conservée au Musée du Prado.c
Cette fascination pour les objets en cristal de roche perdura jusqu’au XIXe siècle, continuant de former la part la plus précieuse des collections des plus grands amateurs du temps. Parmi ces derniers, figura en particulier le baron Gustave Samuel de Rothschild.
Fils du baron James de Rothschild, Gustave Samuel James de Rothschild est né à Paris le 17 février 1829. Il devint consul général d’Autriche-Hongrie. Célèbre collectionneur, il posséda notamment L’homme à la guitare de Frantz Hals ainsi que
des Rembrandt. Il avait également constitué une importante collection d’émaux limousins, de faïences de Saint-Porchaire et de cristaux de roche parmi lesquels figuraient nos deux coupes. Avec son frère Edmond, il finança les fouilles de Milet, Didymes, Tralles et Magnésie, effectuées en 1873 par l’archéologue Rayet
qui offrit le produit de ses recherches au Musée du Louvre. Le 15 juin 1869, il acquit de la duchesse de Bauffremont, pour la somme de 2.700.000 francs, deux hôtels sis 21 avenue Marigny et 14 rue du Cirque, le tout formant une superficie de 3555 m

Demander plus d'information

Thème : Céramique, Verrerie Ajouter ce thème à mes alertes