Chargement en cours
Ma sélection

Lot 9 - CYCLE DES TRAVAUX D’HERCULE Le Lion de Némée ; le Sanglier d’Erymanthe Flandre [...]

Estimation : 18 000 € / 20 000 €

CYCLE DES TRAVAUX D’HERCULE Le Lion de Némée ; le Sanglier d’Erymanthe Flandre (Bruxelles ?), milieu du XVIe siècle
Laine Dans son vieil état 353 x 289 cm

Provenance : Ancienne collection d’un château du Bordelais Acquis du précédent, collection particulière, Sud-Ouest de la France Notre grande tapisserie présente une rare composition narrative sur le thème des Travaux d’Hercule, dans une bordure ornée de déités aux quatre angles et au milieu de chaque côté. Les coloris sont encore frais, les rouges sont restés vifs.
Dans les marges latérales, des putti canéphores complètent le décor tandis que les marges supérieure et inférieure montrent des jardins peuplés de satyres.
Dans un paysage verdoyant, on reconnaît au premier plan le jeune héros armé de sa massue, combattant le Lion de Némée. A ses pieds, le détail curieux d’un agneau couché sur une lance attire l’attention sur une autre scène qui se joue au second plan.
Au milieu d’un troupeau de brebis, Hercule, muni d’une lance, tient à distance le monstrueux Sanglier d’Erymanthe.
A la demande de son cousin Eurysthée, Hercule réalisa douze exploits, les fameux Douze Travaux dont deux sont ici représentés.
Le Lion est un monstre élevé par Héra qui ravageait la région de Némée, dévorait les habitants et leurs troupeaux. Hercule partit en chasse contre lui.
Délaissant son arc et ses flèches, il le menaça avec sa massue. Ce premier travail fut un succès. Il conserva la peau du monstre que ni le fer ni le feu ne pouvaient entamer.
Le troisième travail consistait à capturer vivant un autre monstre, un sanglier qui vivait sur l’Erymanthe et terrassait la population locale. Notre artiste n’a pas retenu les conditions climatiques extrêmes de l’épisode où Hercule força l’animal à sortir de sa bauge pour ensuite le pousser dans la neige épaisse qui recouvrait le pays et ainsi le mener jusqu’à épuisement.
Notre tapisserie se distingue des autres tapisseries de la Renaissance, conçues autour du même thème, où le héros est généralement représenté asphyxiant le Lion de Némée. Une tapisserie de Bruxelles de 1530 montre comme ici une composition narrative (fig. 1). Elle s’organise autour de toutes les étapes de cet épisode alors que la nôtre replace cet épisode fondateur dans le contexte du cycle des Douze Travaux.
La bordure, entre deux frises tressées de feuillages et de fleurettes, est à rapprocher des créations bruxelloises du milieu du XVIe siècle comme celle de l’atelier de Corneille de Ronde, conservée à Madrid, qui présente le même type de figures allégoriques placées sous des architectures de fantaisie dans des fonds très végétalisés

Demander plus d'information