Chargement en cours
Ma sélection

Lot 13 - FLANDRES - FIN DU XVe SIÈCLE - CHRIST AUX LIENS - Bois de chêne - H. 76 cm, L. [...]

Estimation : 4 000 € / 5 000 €

résultat non communiqué

FLANDRES - FIN DU XVe SIÈCLE
CHRIST AUX LIENS
Bois de chêne
H. 76 cm, L. 37.5 cm, P, 20 cm

Expert
- Gilles Bresset
Provenance
- Atelier de l’artiste Paul-Emile Colin en 1918

Le Christ est représenté assis sur une petite construction de bois, bâtie au-dessus d’un tertre rocheux. Une fine corde entrave ses poignets croisés, tandis que ses jambes sont laissées libres. Son corps nu n’est couvert que par le périzonium noué autour de ses reins. Le manteau qui recouvrait ses épaules a glissé sur le rocher, y formant un enchevêtrement de plis. Son torse, où les côtes se devinent sous la peau, est tourné vers la gauche. Sa tête, légèrement inclinée, est ceinte d’une couronne de branches épineuses tressées. Ses cheveux retombent en grosses mèches sur son dos et de chaque côté de son visage. Ses traits sont fins et réguliers, son nez droit et sa barbe bien dessinée. Les paupières, de ses yeux en amande, sont mi-closes. La résignation semble se lire sur son visage. Cette iconographie du « Christ aux liens », autrement désigné sous les termes de « Dieu de pitié », « Dieu piteux » ou encore « Christ de pitié » représente le Christ après la montée au Calvaire, attendant avec résignation son ultime supplice. Cette représentation n’est pas issue du récit des Évangélistes, duquel elle est absente mais bien davantage de la réflexion autour des textes sacrés. Cette iconographie accompagne une dévotion qui se développe particulièrement au cours du XVe siècle en Europe. De nombreuses sculptures représentant le Christ aux liens furent réalisées vers le début du XVIe siècle en Flandres. Les ateliers brabançons de Bruxelles et d’Anvers, puis ceux de Malines, exportèrent au loin leur production. Ce Christ se trouvait dans l’atelier de l’artiste
Paul-Emile Colin en 1918 comme visible sur les photos ci-dessous

Demander plus d'information