Chargement en cours
Ma sélection

Lot 30 - GEORGES ROUAULT - (Paris 1871-1958) - ARLEQUIN, (HARMONIE ROSE), 1948-1952 - Huile [...]

Estimation : 190 000 € / 220 000 €

résultat non communiqué

GEORGES ROUAULT
(Paris 1871-1958)
ARLEQUIN, (HARMONIE ROSE), 1948-1952
Huile sur toile
40,7 x 31,8 cm
Certificat de la Fondation Georges Rouault qui indique que le tableau sera répertorié
à l’occasion de l’une des mises à jour du catalogue complet des oeuvres.
Georges Rouault (1871-1958) est un peintre et graveur français. Fils d’ébéniste, il suit d’abord une formation de peintre de vitraux. Entré à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1891, il devient l’élève préféré de Gustave Moreau dont la mort l’affectera profondément.
Survient alors une période de crise esthétique où il développe une peinture aux accents lyriques caricaturant ses contemporains des salles d’audiences peignant avec ironie, juges, clowns et prostituées.
Impulsif et passionné, Rouault n’a jamais revendiqué d’appartenance à aucun mouvement. Sa nomination comme conservateur du Musée Gustave Moreau en 1902, lui permet une indépendance dans son travail.
En 1903, il fonde le salon d’Automne avec ses amis Matisse et Marquet.
La reconnaissance n’arrive qu’en 1917, lorsque le marchand d’art, Ambroise Vollard lui achète la totalité de son atelier (770 oeuvres) et lui commande des gravures pour de nombreuses publications : le Père Ubu, les
Fleurs du Mal, Misere, au point que la gravure supplante un temps sa peinture et influence profondément son style vers une synthèse des formes.
Fervent catholique, Rouault développe des thèmes religieux mais en réalité toute sa peinture est empreinte de Sacré, en particulier ses portraits, dans lesquels il cherche le visage du Christ tel notre Arlequin dont le
caractère hiératique et l’impassibilité participent de cette quête.
Après 1930, l’artiste reste fidèle au terme du cirque et de la commedia dell‘Arte
Cependant, le plus souvent une figure seule apparaît cadrée à la tête ou au buste. Ce sont des oeuvres à caractère intime où l’accessoire a disparu pour laisser place à la grandeur de la fantaisie et du sourire. Dans notre tableau l’artiste excelle à exprimer l’intensité intérieure du modèle par la matière posée en touches larges généreuses, stratigraphiques où les couleurs se succèdent laissant transparaître les niveaux à travers le tracé irrégulier du pinceau, tout cela dans un cloisonnisme n’étant pas sans rappeler l’art du vitrail.

Demander plus d'information