Chargement en cours
Ma sélection

Lot 31 - PAIRE DE VASES MONTÉS en porcelaine Kakiemon Porcelaine : Japon, époque Edo, vers [...]

Estimation : 30 000 € / 50 000 €

PAIRE DE VASES MONTÉS en porcelaine Kakiemon Porcelaine : Japon, époque Edo, vers 1700-1725
Monture : vers 1790
Porcelaine à décor rouge, vert, bleu, violet et ocre ; bronze doré
H. 34 cm, L. 11,5 cm, P. 11,5 cm

Provenance : Ancienne collection de la Baronne et du Baron Eugène Charles Joachim Fould-Springer, Palais abbatial de Royaumont Ancienne collection de Nathaniel de Rothschild, Palais abbatial de Royaumont Cette paire de vases en porcelaine kakiemon à décor d’oiseaux et de branches fleuries est contemporaine des bouteilles conservées au Rijksmuseum, datables du premier quart du XVIIIe siècle (fig. 1).
Nos vases, qui ferment par des bouchons en bronze doré à frises géométriques, sont montés sur une base à rinceaux d’acanthe portée par quatre pieds toupies. Une autre paire appartient aux collections royales anglaises (fig. 2). Ici, la sobriété de la monture met en valeur la finesse du décor peint et la vivacité de ses couleurs.
. 2 : Paire de vases montés – porcelaine du Notre paire d’appliques à masque de satyre supporte un unique bras de lumière de forme sinusoïdale, en courbe et contre-courbe. Le mouvement du bras, le dessin de l’applique sont à rapprocher de la paire d’appliques provenant de la collection Dillée et attribuée à André-Charles Boulle (fig. 1). Notre modèle se distingue pas la qualité du mascaron qui se détache sur le fond amati, à goutterolles disséminées, tandis que des goutterolles rangées ornent le diadème qui ceint le front du stayre et retient les feuilles de vigne sur ses tempes.
Cette figure évoque les masques de satyres inventés par l’ébéniste pour orner ses créations, dont certains se trouvaient encore dans son atelier en 1732 (inventaire après-décès, item n° 62, d’après J.-P.
Samoyault 1979). Ils se caractérisent par des visages très expressifs, à la moue parfois renfrognée comme le masque d’Hercule qui garnit le bureau Boulle du Musée Carnavalet (fig. 2). On y retrouve le même souci du détail dans la ciselure des feuilles nervurées et dans les amatis que sur nôtre paire d’appliques .

Demander plus d'information